Comment l’IA chie des arcs-en-ciel

Arrête-toi ! Toi ! Ne clique pas ailleurs ! Je sais que le titre est inquiétant, mais je te promets qu’il y a beaucoup de choses derrière et je vais te les expliquer. Alors, tout d’abord, regarde la photo de couverture. Tu aimes mon œuvre d’art ? Je me suis inspiré de l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci, et je l’ai rendu contemporain en le transformant en robot. Non seulement j’ai aussi rajouté un arc-en-ciel.

Je trouve cette œuvre cool. Et ce n’est pas mon esprit humain dans un corps chaud qui l’a créée, mais des milliers de processeurs dans une machine froide. L’intelligence artificielle développée par OpenAI, appelée DALL-E, permet en quelques mots clés de créer une œuvre d’art. Ici, j’ai simplement utilisé la combinaison de mots « vitruvian man robot in style of leonardo da vinci » et j’ai obtenu quatre résultats.

Un nouvel essai avec l’ajout du mot « rainbow » a donné ces résultats :

Et avec un peu de traitement avec l’outil DALL-E, j’ai obtenu cette photo de couverture :

Les possibilités sont fascinantes et presque illimitées. Même les non-artistes peuvent rapidement créer des illustrations à peu près intéressantes et uniques. Comme ici avec les mots-clés « mad race dog driving Teslas in style of Pieter Bruegel« . On ne reconnaît certes pas la Tesla, mais qui sera si mesquin ?

Nous arrivons à un point où l’intelligence artificielle passe d’un outil fonctionnant en arrière-plan des applications et nous suggérant des achats ou nous servant des publicités à un outil qui peut être activement visible et utilisé au premier plan.

L’IA générative, comme celle utilisée par DALL-E, puise dans une base de données de peintures et permet, par une simple saisie de texte, de créer un nouvel art dans le style et en s’inspirant de l’art existant.

L’IA générative ne se limite pas aux peintures. Elle peut également générer des vidéos et de l’audio. Meta, la société mère de Facebook, vient de présenter Make-A-Video, qui permet de créer des vidéos de plusieurs secondes à partir de textes ou de simples photos.

Une interview fictive entre le podcasteur Joe Rogan et le fondateur d’Apple Steve Jobs, décédé il y a une dizaine d’années, vient d’être diffusée. Grâce à des centaines d’heures de clips audio des deux hommes, l’IA a pu générer sa propre version d’un podcast qui n’a jamais eu lieu.

Tous ces exemples me ramènent au titre de ce billet, car nous assistons ici à une explosion créative potentielle. Tout le monde peut créer de l’art avec seulement quelques mots, que l’on sache manier un pinceau, tenir un appareil photo ou que l’on ait plutôt deux mains gauches. Et c’est ce que le CEO de Stability AI, Emad Mostaque, a résumé ainsi à l’occasion de la clôture du premier tour d’investissement dans son entreprise par Google et d’autres entreprises, pour un montant colossal de 101 millions de dollars :

Une grande partie du monde est constipée créativement, et nous allons faire en sorte qu’ils puissent chier des arcs-en-ciel.

Emad Mostaque, CEO of Stability AI

Il semble qu’il n’y ait pas de limites à l’IA en ce moment. Presque chaque jour, nous entendons parler de nouveaux domaines d’application dans lesquels les formes les plus diverses d’IA sont utilisées. Elle réalise des portraits photoréalistes de personnes qui n’existent pas, écrit des articles pour des journaux ou conduit des voitures dans le monde réel. Et voilà que je me suis retrouvé à plusieurs reprises dans un robot-taxi sans chauffeur à San Francisco ou que j’ai utilisé la FSD Beta sur une Tesla Model 3.

Comme dans cette vidéo, où nous avons également vu quelque chose d’inhabituel passer devant notre voiture : deux coyotes en chasse la nuit. Au moins, ils n’ont pas chié devant notre voiture.

Laisser un commentaire