Controverse sur Spotify : Joe Rogan s’est-il vraiment excusé ? Non, il ne l’a pas fait !

Neil Young, Joni Mitchell, Nils Lofgren et un certain nombre d’autres musiciens ont retiré leurs chansons de la plateforme de streaming Spotify, et si l’on en croit Twitter, de nombreux utilisateurs ont également fermé leurs comptes sur Spotify. La controverse concerne le podcasteur Joe Rogan, qui avait été mis en exclusivité sur la plateforme par Spotify il y a quelques années seulement pour la somme de 100 millions de dollars. Rogan, connu pour ses longs podcasts avec des invités de tous horizons, s’est de plus en plus distingué ces derniers mois comme un sceptique de la vaccination, qui ne voulait pas croire même les experts médicaux et virologues reconnus et invitait à la place des experts douteux de la partie adverse. Mais la critique est devenue trop forte, Spotify a perdu des milliards de dollars, soit plus de 10 pour cent de sa valeur, et même Anthony Fauci, le meilleur virologue américain, avait déjà critiqué Joe Rogan en avril dernier pour avoir fourni de fausses informations. Sur Instagram, Rogan publie désormais une réponse dans laquelle des « excuses » ont également été présentées.

Mais sont-elles de vraies excuses ? En tant qu’auteur du livre « Sorry Not Sorry : L’art de ne pas s’excuser« , un régal tout trouvé, et comme prévu, les excuses n’en sont pas. Mais voici dans l’ordre :

Tout d’abord, il s’excuse, non pas auprès des auditeurs qu’il a mal informés, mais auprès de Spotify, et du fait que l’entreprise soit devenue la cible des critiques :

Je tiens à remercier Spotify de nous avoir soutenus pendant cette période et je suis vraiment désolé que cela leur soit arrivé et qu’ils aient dû essuyer autant de critiques pour cela.

Joe Rogan

Nous connaissons ce 13e Artifice : C’est arrivé, mais je suis la véritable victime du cardinal de Cologne Rainer Maria Woelki, qui s’est excusé non pas auprès des victimes d’abus dans son diocèse, mais auprès des fidèles rassemblés lors de la messe de minuit d’avoir dû assister aux attaques dont il a été victime. Voici le texte de Woelki :

« Ce que les personnes concernées par les violences sexuelles et vous-même avez dû endurer au cours des derniers jours et semaines avant Noël en rapport avec l’utilisation de l’expertise sur l’étude des violences sexuelles dans notre archevêché, ce que vous avez dû supporter comme critiques à ce sujet et en particulier aussi comme critiques à mon égard – pour tout cela, je vous demande pardon ».

Cardinal Rainer Maria Woelki

Revenons à Joe Rogan. A propos de Neil Young et Joni Mitchell, il a dit

Je suis vraiment désolé que vous le ressentiez ainsi. Je ne veux certainement pas cela. Je suis un fan de Neil Young. J’ai toujours été un fan de Neil Young.

Joe Rogan

En d’autres termes, si c’est ce qu’ils ressentent, c’est leur problème, pas le mien. S’ils ne le ressentaient pas ainsi, il n’y aurait pas de problème et donc rien à excuser. Pas moi, les autres sont trop sensibles ici. Il a également répété la phrase sous une forme légèrement différente :

Si je t’ai contrarié, je m’en excuse.

Joe Rogan

Si personne n’est fâché, il n’y a rien à regretter, n’est-ce pas ? Et c’est le 17e Artifice : Les gens sont tout simplement trop sensibles.

Un autre élément entre en ligne de compte :

Je suis un fan de Neil Young. J’ai toujours été un fan de Neil Young.

Joe Rogan

C’est l’équivalent de « j’ai aussi des amis noirs/arabes/juifs ». je ne peux pas être xénophobe, puisque j’ai moi-même des étrangers comme amis. Cela est résumé dans le 14e Artifice : Ne peut pas être, parce que je suis aussi (pas) comme ça.

Il atténue aussi massivement ses intentions. Il s’agit simplement d’un podcast inoffensif avec des amis et des connaissances.

Je n’ai jamais essayé de faire autre chose avec ce podcast que de simplement parler aux gens et d’avoir des conversations intéressantes. […] Au début, je ne faisais que plaisanter avec mes amis.

Joe Rogan

J’ai résumé cela sous le 8e Artifice : C’est arrivé, mais c’était un malentendu.

La sincérité de ses excuses se reflète dans le fait qu’il justifie à nouveau le choix de ses invités et de leurs opinions, bien que celles-ci aient conduit à ce que son podcast soit accusé de « diffusion de fausses informations dangereuses ». Ses invités sont les suivants

…des personnes très qualifiées, très intelligentes, très performantes.

Joe Rogan

Et il en rajoute :

Le problème que j’ai avec le terme de désinformation, c’est que beaucoup de choses que nous considérions il y a peu comme des désinformations sont aujourd’hui acceptées comme des faits.

Joe Rogan

Pas de signe de compréhension, pas de signe qu’il va en tirer des leçons et qu’il veut faire mieux.

Le comportementaliste américain David P. Boyd a défini sept étapes successives pour s’excuser correctement, ce qu’il appelle l’art des excuses publiques :

  1. Révélation
  2. Reconnaissance
  3. Réactivité
  4. Responsabilité
  5. Remords
  6. Remboursement
  7. Réforme

Dans les deux premières étapes, on prend conscience que des erreurs ont été commises et que des excuses sont nécessaires. La troisième étape consiste à s’excuser le plus rapidement possible, en assumant la responsabilité de ses actes (ou de ses omissions), en exprimant ses remords, en promettant de se racheter et en prenant des mesures pour éviter de telles mésaventures à l’avenir.

Comme cela ne figure pas dans les « excuses » de Joe Rogan, il s’agit de ce que l’on appelle une non-excuse. Et celle-ci n’a aucune valeur et ne résout pas la controverse.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’art de s’excuser, voici mon livre avec de nombreux exemples pratiques et humoristiques :

Sorry Not Sorry

40 Kunstgriffe für Minister, Manager und sonstige Mistkerle, die Scheiße gebaut haben und nun die Aufregung nicht verstehen.

Dieses Buch kann bereits beim Verlag oder Amazon vorbestellt werden.

Une réflexion sur “Controverse sur Spotify : Joe Rogan s’est-il vraiment excusé ? Non, il ne l’a pas fait !

  1. Well done Mario.. Merci pour la traduction. Il y a 10 jours j’ai scruté Amazon.fr et comme livre sur les excuses je ne trouve que des livres sur l’étiquette, savoir s’excuser. Je crois avoir utilisé les mots «dans un style aristocratique»
    Reynald

Laisser un commentaire