La misogynie des investisseurs en capital-risque et des techbros à travers 2 exemples

L’effondrement de la bourse cryptographique FTX a dominé l’actualité de ces dernières semaines, du moins dans le monde de la technologie et des start-ups. Les événements autour de Twitter ont également constitué un petit tremblement de terre sur la scène. Ce qu’ils avaient tous en commun, c’était la nature des protagonistes et la manière dont ils ont agi. Il s’agissait avant tout d’hommes, ou – comme nous les évoquons souvent – de « techbros » (que l’on peut traduire par « frères technologiques »), qui n’hésitaient pas à prendre tous les risques et à agir avec une grande violence.

Qu’il s’agisse du licenciement d’une grande partie du personnel d’une entreprise ou de la manière dont l’argent des investisseurs et des clients était géré, c’était brutal et inhumain. Et ce, par des hommes sûrs de leur fait et qui ne considèrent les autres que comme des objets jetables. Ce qui est étonnant, ce sont les réactions de la scène techbro, qui parvient à attribuer les échecs purement masculins aux femmes.

VCs misogynes – Exemple 1

C’est ce genre de misogynie qu’a exprimé le capital-risqueur Michael Jackson (oui, ce n’est pas une faute d’orthographe, il s’appelle vraiment comme ça), basé à Paris, dans un post apparemment drôle. Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle, mais l’humoriste Michael Jackson a cité le tweet d’un autre VC de San Francisco, tout aussi humoriste, Delian Asparouhov, dans lequel le naufrage de la bourse de cryptographie FTX à cause de la fraude de son fondateur Sam Bankman-Fried (souvent appelé SBF) était illustré par une photo de SBF assis entre deux femmes sur la scène d’un événement, et commenté par la phrase suivante :

Si vous êtes ingénieur et que les top-modèles trouvent cool ce que vous faites, vendez immédiatement toutes vos actions.

Notez qu’il s’agit clairement de techbros qui ont créé une plateforme numérique, qui ont fait croire aux gens qu’ils pouvaient faire de l’argent avec rien, qui ont encaissé des centaines de millions de fonds de capital-risque, qui ont récolté des milliards de clients et qui ont ensuite dilapidé l’argent dans des stations balnéaires de luxe, dans de la nourriture, de la drogue et des voitures hors de prix. Les techbros et les VC du milieu ont tous sauté dessus, ont injecté de l’argent et se sont sentis intelligents. Et puis cette pyramide s’est effondrée et tout l’argent a disparu.

Mais ce qui vient d’abord à l’esprit de VCs comme Michael Jackson et Delian Asparouhov, c’est que les femmes sont stupides. Dans leurs posts, ils ne nomment pas le véritable coupable de cette escroquerie. Au lieu de cela, ils commentent sur les femmes à partir de prises de vue choisies au hasard avec SBF. Les commentaires qui les blâment pour leurs posts misogynes, ils les suppriment et bloquent les auteurs comme moi et d’autres.

Cela fait d’ailleurs partie du système, car le Wall Street Journal a lui aussi passablement tergiversé sur le véritable contexte et les conséquences de l’effondrement du FTX. Le titre de la première page du 25 novembre 2022 était le suivant :

L’effondrement du FTX a réduit à néant les objectifs philanthropiques de son fondateur

Uhhhmm, pardon ? Le fondateur de FTX est maintenant regretté parce qu’il ne peut plus poursuivre ses objectifs caritatifs avec l’argent de ses investisseurs et de ses clients ? Un lecteur du WSJ a montré comment le titre devrait vraiment être formulé pour présenter les faits réels :

La fraude FTX a détruit l’argent des clients

Le Wall Street Journal, ainsi que d’autres médias, dont le New York Times, ont pris des gants avec SBF et ses compagnons de route. Mais c’est une autre histoire. Passons au prochain exemple.

Techbro misogyne – Exemple 2

Un autre cas de commentaire misogyne a suivi un post de Jean Pereira, expert en cybersécurité de Cologne, qui examine bénévolement (comme il le dit) les failles de sécurité des entreprises. Il essaie ensuite de signaler les failles qu’il trouve aux départements concernés de l’entreprise. Souvent avec très peu ou pas de succès, comme il l’explique. Il mentionne entre autres les administrations municipales qui présentent souvent des failles de sécurité et ne réagissent presque jamais à ses demandes. Outre Cologne, il cite explicitement Munich, dont les systèmes sont ouverts comme des portes de grange.

Le post est suivi d’une série de commentaires d’autres utilisateurs qui tentent de donner des indications sur la manière dont on pourrait inciter les organisations à réagir. Mais il n’a pas fallu longtemps pour qu’un techbro comme Felix Dziekan, développeur de logiciels freelance de Nuremberg, trouve sans hésiter l’angle misogyne :

La sécurité informatique semble être une petite priorité de nos jours. J’ai lu aujourd’hui que la ville de Munich souhaitait dépenser entre 1,5 et 4 millions d’euros pour rendre l’informatique sensible au genre.

Je ne vois pas très bien comment il parvient à passer de la sécurité informatique à l’égalité des sexes. Mais peut-être que la racine du mal des failles de sécurité réside dans le fait que les femmes n’ont jusqu’à présent pas été suffisamment prises en compte dans les départements informatiques des administrations municipales. En effet, les femmes sont beaucoup plus exposées aux menaces dans le monde physique et en ligne que les hommes. Les plateformes numériques ont tout de même facilité les menaces telles que le harcèlement. Les hommes en sont beaucoup moins victimes.

L’informatique sensible au genre obligerait à prendre beaucoup plus en compte la perspective des femmes (et des personnes transgenres ou non binaires). Le fait de stocker des données personnelles sur les serveurs de l’administration municipale sans les sécuriser et de les exposer à des cyberattaques revêtirait donc une toute autre urgence si des principes informatiques respectueux de l’égalité des sexes étaient appliqués.

En tant qu’homme, je peux facilement dire : « Ouf, que peut faire quelqu’un avec mon adresse volée ? » Mais cela sonne rapidement très différemment lorsqu’il s’agit de l’adresse de sa propre femme ou de sa fille. L’informatique sensible à la dimension de genre est donc à proprement parler une informatique liée à la sécurité.

Conclusion

Le thème des « techbros misogynes » n’est pas quelque chose qui se trouve uniquement dans la lointaine Silicon Valley et qui est par exemple bien expliqué dans le livre Brotopia, non, il existe aussi chez nous. À Paris, à Nuremberg et probablement pas loin de chacun d’entre nous. Et nous ne pouvons plus tolérer cela.

Cette misogynie non dissimulée a pour conséquence que les voix des femmes sont sous-représentées dans le discours public, en politique et dans l’économie. Les hommes toxiques, tels que ceux mentionnés, créent une culture qui encourage la violence contre les femmes et, indirectement, contre tous les autres. Si nous n’agissons pas contre ce phénomène et si nous ne nous attaquons pas à la racine du mal, nous serons tôt ou tard touchées nous aussi. Nous devons faire un pied de nez à ces hommes toxiques et les confronter.

À cet effet, j’ai également écrit un livre qui traite de la violence en ligne et justement des commentaires misogynes comme ceux mentionnés, qui en explique les causes et les effets, et qui explique comment nous pouvons agir contre cela. Le voici :

CYBERF*CKED

Laisser un commentaire