L’avenir de l’alimentation, 2e partie : « Je suis une célébrité, mangez-moi ! »

Lachs, Rind, Schwein und Huhn aus Zellkulturen zu schaffen ist aktuell die nächste Grenze, die Startups und Wissenschaftler überwinden. Unternehmen wie Just, NotCo, Upside Foods, Perfect Day oder Wildtype arbeiten an diesem aus Zellkulturen in Reaktor gewachsenen Fleisch, doch wie es genau genannt werden soll, ist noch offen. Synthetische Biologie – oder Synbio -, kultiviertes Fleisch oder Fleisch ohne Tierquälerei (cruelty free meat) wollen es die Befürworter nennen, synthetisches Proteinprodukt aus Rinderzellen die Gegner. Und letztere gibt es sonder Zahl.

L’agriculture n’est pas la seule à se sentir menacée, les opposants à la technologie y voient la mégalomanie prométhéenne de l’humanité. Comme on le sait, Prométhée avait apporté le feu et donc la civilisation aux hommes, contre la volonté expresse des autres dieux.

Mais remplacer simplement la viande naturelle (d’animaux) dans le réacteur par de la viande synthétique est une façon de penser trop linéaire, car de nouvelles possibilités insoupçonnées s’ouvrent sur le goût d’une telle chose et sur tout ce qui peut encore être fait avec de la viande issue de cultures cellulaires.

La viande du futur

Tout d’abord, rien ne nous empêche alors de produire non seulement la même viande de poulet, de porc ou de bœuf, mais pourquoi pas le poulet de porc – ou le schwuhn ? Et peut-être tout de suite avec un léger goût de gland, comme nous le connaissons et l’apprécions des sangliers dans le jambon ibérique (Jamón ibérico).

Même si cette viande semble très artificielle au premier abord, n’oublions pas que presque tous les aliments et leurs matières premières que nous consommons aujourd’hui sont le résultat de milliers d’années de culture humaine de la nature. Ni les céréales, ni les fruits, ni les légumes, ni les viandes, ni les boissons n’existaient de cette manière il y a des milliers d’années. Nous les avons cultivés selon nos besoins. L’introduction de technologies plus complexes dans notre processus de production alimentaire a même permis de créer des groupes d’aliments entièrement nouveaux. Les cornflakes et autres céréales pour le petit-déjeuner sont absolument artificiels. Le vin, la bière et les spiritueux sont des boissons créées artificiellement.

Et puisqu’on en parle, pourquoi ne pas ajouter à cette viande des vitamines et des médicaments qui nous permettent de les ingérer plus facilement ? Cette idée n’est pas nouvelle, aujourd’hui déjà, notre sel de table, par exemple, contient de l’iode afin de prévenir les maladies de la thyroïde causées par une carence en iode. Les sirops contre la toux et autres médicaments pour enfants sont souvent mélangés à des édulcorants et à des arômes de fruits, qui provoquent beaucoup moins de résistance lorsqu’ils sont pris par les enfants. Et dans les régions où les gens n’ont pas facilement accès aux fruits et légumes frais et souffrent donc d’une carence en vitamines, d’autres aliments enrichis artificiellement en vitamines pourraient aider à surmonter cette carence.

Tissus & organes

Mais qu’en est-il si nous utilisons la technologie de culture cellulaire non seulement pour les aliments, mais aussi pour créer des tissus et même des organes à partir de ceux-ci ? C’est plus difficile qu’il n’y paraît, car contrairement à la viande en culture cellulaire, qui n’est actuellement rien d’autre qu’une pâte relativement simple, les tissus et les organes sont plus complexes. La structure et la pénétration avec les nerfs et les vaisseaux sanguins exigent une autre méthode de fabrication. Si nous y parvenons, ce sera très prometteur. Faire repousser une peau brûlée ou un rein à partir des propres cellules du patient résout un certain nombre de problèmes qui se posent aujourd’hui avec les organes des donneurs. Les réactions de défense de l’organisme et la suppression médicamenteuse de celles-ci et de tous les effets secondaires qui en découlent, ou tout simplement la disponibilité souvent limitée des organes de donneurs, pourraient ainsi être contournées.

Robot

Patricia Bubner, PDG d’Orbillion, m’a également fait découvrir une autre application des tissus de culture cellulaire. Nous nous souvenons peut-être d’une scène emblématique du film Terminator avec Arnold Schwarzenegger, où il est cette machine à tuer du futur dans son logement et se répare lui-même. Ce faisant, il s’entaille la peau de l’avant-bras droit. En dessous apparaît l’armature métallique du robot, qu’il répare et referme ensuite le tissu qui la recouvre.

Scène de Terminator

Les robots tueurs font certes bonne figure dans les films hollywoodiens, mais nous voyons ici un autre domaine d’application : les robots actuels qui soulèvent, tournent, plient et soudent de lourds cadres métalliques dans les usines sont aveugles du point de vue de la perception. Ils ne reconnaissent pas les objets qui les entourent et qui n’ont rien à voir avec leur mission première. Comme ils peuvent exercer de grandes forces, ils doivent être enfermés dans des cages auxquelles les humains n’ont pas accès tant qu’elles sont en service.

Robots dans l’usine Tesla (C) Tesla

Mais de plus en plus de robots seront en contact direct avec les humains. Des petites aides ménagères aux voitures autonomes, elles nous entoureront et partageront avec nous notre espace immédiat. Cela nécessite des robots sensibles à la perception qui reconnaissent les personnes et les animaux afin de ne pas leur faire de mal.

Or, les capteurs répartis sur tout le corps d’un robot ne sont pas si bon marché et faciles à installer. Nous avons encore en mémoire le cas d’un robot de garde qui assurait son service dans le centre commercial de Stanford et qui a roulé sur un jeune enfant. Et si, à la manière de Terminator, nous pouvions appliquer de tels tissus cultivés à partir de cellules sur le corps de robots ? Un tel hybride serait capable de percevoir les autres êtres vivants et donc de mieux nous protéger et de se protéger lui-même.

C’est en même temps un point de vue intéressant sur les formes hybrides. Alors que nous, les humains, nous nous transformons de plus en plus en cyborgs grâce aux technologies que nous plaçons dans et sur notre corps (nous pensons notamment aux vaccins, aux médicaments, aux appareils auditifs, aux extensions mammaires, aux articulations artificielles, aux lunettes ou même aux vêtements), les robots arrivent de l’autre côté. Ils deviennent de véritables androïdes.

« Je suis proéminent, mangez-moi ! »

Ceux qui trouvent la viande de bœuf cultivée dans des cellules ou le saumon issu d’un réacteur trop ennuyeux, mais qui souhaitent en même temps laisser libre cours à leurs instincts cannibales, peuvent eux aussi être servis par l’avenir de la nourriture. Pourquoi ne pas prélever des cellules du propre corps et les cultiver ? Je pourrais me gaver de ma propre escalope Mario.

Ou peut-être que le fait que votre rendez-vous vous serve du boudin à base de jus de cellules cultivées par votre corps peut être de bon augure pour l’érotisme à la lumière romantique des bougies ? Le christianisme nous y a préparés depuis des millénaires : Le pain et le vin sont synonymes du corps et du sang du Christ.

De nouvelles sources de revenus pourraient ainsi s’ouvrir aux célébrités ou aux influenceurs. Lionel Messi pourrait songer à vendre des steaks à partir de ses cellules fémorales. Le burger Brad Pitt trouvera certainement ses fans, tout comme les lasagnes d’Angelina Jolie. Non seulement être proche de ses idoles, mais aussi les dévorer, cela a tout de même quelque chose à voir avec l’amour exagéré des fans. En tout cas, il n’y a pas de limites à l’imagination.

Mais je ne peux pas encore dire aujourd’hui si j’essaierais moi-même une telle viande…

Reportage Servus TV

Mais voici encore une fois le reportage de Servus TV avec les visites de ces startups alimentaires dans la Silicon Valley, qui a été diffusé pour la première fois en novembre. Et aussi à nouveau la première partie de cette série d’articles.

Laisser un commentaire