Mon année de lecture d’ouvrages non-fiction écrits par des femmes

En tant qu’hommes modernes, nous parlons toujours haut et fort d’égalité des droits et exigeons des mesures, mais nous oublions facilement que nous devrions commencer par nous-mêmes. J’ai dû le reconnaître, honteuse, lorsque le livre The Authority Gap de Mary Ann Sieghart m’est tombé entre les mains cette année. Dans ce livre, la journaliste britannique décrit comment les femmes ne sont pas prises au sérieux dans leur autorité, que ce soit en tant que journalistes, scientifiques, politiciennes ou dans d’autres professions, et comment elles doivent surmonter des obstacles bien plus importants que les hommes aussi qualifiés, voire moins.

En tant que rédactrice en chef adjointe du Times, par exemple, Sieghart avait exigé de ses chroniqueurs et rédacteurs une liste mensuelle par sexe des experts interviewés sur divers sujets. Les chiffres initiaux étaient décevants. Quel que soit le domaine d’activité, la part des expertes interviewées était partout inférieure à 30 pour cent, et même bien inférieure dans la plupart des domaines. Sieghart a alors exigé de chaque chef de département qu’il respecte la parité hommes-femmes et a vérifié cela tous les mois.

Cette mesure a permis de renforcer le point de vue féminin sur les grands thèmes du jour dans le journal et Sieghart a posé dans son livre la question de savoir dans quelle mesure les lecteurs et les lectrices pouvaient eux-mêmes y contribuer. Combien de livres écrits par des femmes, un groupe qui représente tout de même la moitié de la population, lisons-nous par rapport aux auteurs masculins ? Et cela m’a mis au défi de regarder mes propres statistiques.

Il y a quatre ans, j’avais commencé à tenir une liste de lecture avec une répartition des livres, bandes dessinées et magazines que j’avais ainsi lus au cours d’une année, finement catégorisés par catégorie de livre et nom d’auteur. Rien de plus facile que d’ajouter également le sexe des auteurs. Aussitôt dit, aussitôt fait. Les chiffres de la première année pour ma principale catégorie de non-fiction ont été décevants : en 2019, sur 56 non-fictions que j’ai lues, à peine 5 ( !) (8,9 %) provenaient de femmes. À quoi ressemblaient les autres années ?

AnnéeTotaldont
Femmes
Proportion
20195658,9%
2020861315,1%
2021672832,2%
2022683957,4%

Certes, les chiffres augmentent, tant le nombre total (dû à la pandémie) que la proportion d’auteurs féminins, mais ils étaient toujours inférieurs à un tiers en 2021. Jusqu’à ce que le livre de Sieghart me tombe entre les mains début 2021 et que j’accepte ce défi. Je voulais qu’au moins 50 % des livres de non-fiction lus pour 2022 et les années à venir soient écrits par des femmes. Mais cela ne s’est pas avéré si simple, car la pile d’une centaine de livres non lus sur ma bibliothèque ne contenait pas plus de 10 livres d’auteurs féminins. Je les ai classés dans une pile séparée et je suis allé faire des courses. J’ai également évalué chaque livre de non-fiction en fonction du sexe de l’auteur et j’ai choisi de préférence des auteurs féminins. Ma pile de livres non lus écrits par des femmes ressemble actuellement à ceci :

Ma pile actuelle de livres non lus d’auteurs féminins (34)

Impressionnant ? Pas tout à fait, car pour ma pile de livres pratiques non lus d’auteurs masculins, j’ai eu besoin de trois photos, dont deux panoramiques, sur lesquelles on peut voir environ 152 livres, soit presque cinq fois plus que pour les femmes. J’ai encore du travail à faire. Cette année, j’ai au moins réussi à faire passer à plus de 50% la proportion d’auteures parmi les ouvrages de non-fiction que j’ai lus. Et cela a demandé un certain travail et de la persévérance, car il n’est pas naturel de construire un tel canon de lecture. Pourtant, selon ma perception, qui n’est pas exactement vérifiée, il est facile de trouver des livres de non-fiction écrits par des femmes. Les librairies, qui sont souvent tenues par des femmes libraires, équilibrent les sexes sur les tables. Cela a donc un rapport avec moi qui, en tant qu’homme, suis inconsciemment plus attiré par les livres de non-fiction écrits par des auteurs masculins.

Alors, quels livres ai-je lus en 2022 ? Toute ma liste se trouve ici et il est possible d’y basculer entre 2022 Readings et 2022 Readings Female. Bien sûr, je n’ai pas lu que des livres pratiques, mais aussi d’autres, ainsi que, surtout, beaucoup de bandes dessinées et de magazines français. L’accent sera mis ici sur les livres pratiques, y compris les biographies et les mémoires.

Les couvertures des livres de non-fiction d’auteurs féminins que j’ai lus en 2022

Comme je vis aux États-Unis depuis des années, il n’est guère surprenant que ma liste de lecture contienne de nombreux ouvrages spécialisés en anglais, dont certains sont également disponibles en allemand. Encore un détail sur les livres, pour que l’on ne me reproche pas de n’arriver au nombre de livres que parce que je lis plutôt des livres plus minces d’auteurs féminins, loin de là ! Sur les 17 034 pages que comportaient tous ces ouvrages de non-fiction, 9 599 étaient rédigées par des femmes. En moyenne, les livres d’auteurs féminins comptaient 246 pages, ceux des auteurs masculins 256.

Avant d’aborder les différences qui m’ont particulièrement frappée entre les livres d’auteurs féminins et masculins, je voudrais encore souligner une caractéristique qui semble aller de soi : les livres de non-fiction écrits par des femmes n’ont rien à envier à ceux écrits par des hommes en termes de qualité. Bien au contraire : en raison de l’Authority Gap décrit par Sieghart, les livres de non-fiction écrits par des femmes doivent être encore une fois d’une idée supérieure à ceux écrits par des hommes.

La ventilation suivante est ma conclusion personnelle sur les livres que j’ai lus et ne s’applique certainement pas à tous. Je ne veux donc pas leur attribuer une validité générale. En tout cas, ce que j’ai remarqué, ce sont les huit caractéristiques suivantes, par lesquelles les livres d’auteures se distinguent des auteurs :

1. Humour

Ce qui a d’emblée attiré l’attention est lié à l’humour qui caractérise de nombreux livres écrits par des femmes. Je ne m’y attendais pas, car les comédiens de standup sont essentiellement des hommes, n’est-ce pas ? Là encore, il s’agit d’un stéréotype, car il existe en réalité un grand nombre d’humoristes féminines. Mais pourquoi les femmes écrivains introduisent-elles autant d’humour dans leurs ouvrages de vulgarisation sur des sujets parfois très sérieux ?

L’humour est, il est vrai, souvent assez sec et plein d’autodérision, mais je suppose que cela a à voir avec l’absurdité des expériences des auteurs féminins. La manière de critiquer, de donner un feedback, de traiter les femmes expertes dans un monde dominé par les hommes, et les attentes de la société à l’égard de ces femmes sont souvent tellement truffées de stéréotypes et d’exigences qui semblent dépassés que les auteures semblent n’avoir d’autre choix que de prendre cela avec humour.

Cela leur arrive si souvent qu’ils n’en ont souvent même plus conscience. Elles ne réalisent à quel point c’est souvent absurde que lorsqu’elles en parlent à des hommes, qui réagissent alors, choqués, la bouche ouverte. Des expériences similaires chez les hommes les font presque ressentir comme une insulte, alors que cela arrive si régulièrement aux femmes qu’elles ne sont même plus prêtes à hausser les épaules. Dans leurs livres, ils commentent ensuite cela de manière humoristique. Et cela rend des sujets souvent arides étonnamment faciles à digérer.

2. Apparence

Les auteures féminines abordent plus souvent le thème de l’apparence, des vêtements, de la coupe de cheveux et d’autres détails d’une personne dont elles parlent. Il ne s’agit pas d’une simple couleur comme le « violet », mais de « Very Peri » (une couleur mode 2022 dans la palette des violets), et c’est dans cette couleur que se trouvait sa « robe blazer », avec laquelle elle portait une « Suola » de « Louboutin » et une « Kelly » assorties. Si ces termes ne vous disent rien, c’est que vous n’avez pas une femme accro aux chaussures et aux sacs à main et que pour elle, les deux représentent le paradis de la chaussure et du sac à main. Ai-je mentionné la coupe audacieuse du groom, qui fait aussi l’objet d’un article ?

La même chose s’est toujours produite dans les reportages sur la reine (et d’autres femmes), qui commençaient généralement par une description de son apparence. Quel chapeau portait-elle, quel manteau de quelle couleur portait-elle et quelle broche avait-elle choisie ?

Les auteurs masculins ne mentionnent généralement les apparences que lorsqu’elles semblent extraordinaires dans leur vision du monde. Une femme qui est particulièrement belle, un homme qui présente une caractéristique extérieure particulière.

3. Circonstances familiales

Outre les apparences, qui ne sont souvent pas ignorées, les femmes jettent toujours un coup d’œil sur la situation familiale des personnes dont elles font le portrait et qu’elles citent dans leurs livres. La situation familiale, les enfants, la présence de membres de la famille malades dont les personnages doivent s’occuper, les conditions de logement et autres sont tissés naturellement dans le récit.

Les auteurs masculins, en revanche, se concentrent presque exclusivement sur les circonstances professionnelles d’une personne dont ils font le portrait et qu’ils mentionnent. Il se peut que l’on mentionne que telle ou telle personne est mariée et a des enfants, mais il n’y a presque jamais de détails supplémentaires à ce sujet. L’accent est entièrement mis sur le travail de la personne.

Les femmes auteurs font également plus souvent référence à leur propre situation familiale que leurs collègues masculins. Je ne peux que spéculer sur les raisons de cette situation, mais il est toujours fait mention de son propre conjoint et, le cas échéant, de ses enfants. Cela pourrait éventuellement être lié à l’expérience des auteures concernant les avances non souhaitées de lecteurs ou de collègues masculins, auxquels elles veulent couper l’herbe sous le pied dès le départ. La mention incidente du conjoint et des enfants signale d’emblée que cette auteure est liée et qu’elle n’est donc pas considérée comme un « gibier » pour des avances masculines indésirables.

4. Sentiments

Les sentiments ont la mauvaise réputation de s’opposer à la pensée et au progrès rationnels. Dans les sciences, l’économie ou la politique en particulier, les sentiments ne devraient « rien avoir à faire », car ils ne conduisent qu’à des décisions irrationnelles. C’est en tout cas ce que l’on entend toujours. Mais autant l’homo economicus, qui prend des décisions exclusivement rationnelles sur la base des données disponibles, ou le scientifique, qui développe le progrès de l’humanité en se basant uniquement sur la théorie, n’existent pas, autant les sentiments et les émotions sont importants. Car ce n’est pas pour rien que j’ai acheté cette robe ou que j’ai choisi cette branche scientifique. Et ils sont souvent fantastiquement irrationnels et motivés par les émotions.

Et les auteures ont plus souvent tendance à en faire un thème et à décrire aussi bien leurs propres sentiments dans leur travail et les événements qui y sont liés que ceux des personnalités dont elles font le portrait ou qu’elles citent. À quelques exceptions près, les auteurs masculins s’en tiennent à un style d’écriture sobre, et les rares qui ne le font pas comptent parmi les narrateurs vraiment captivants. Là encore, les femmes qui veulent faire comme ces hommes et qui n’hésitent pas à décrire leurs sentiments sont désavantagées : on s’attend à ce que les femmes le fassent, mais on les qualifie aussitôt de sentimentalisme féminin.

5. Mentions d’hommes et de femmes

Mary Ann Sieghart a mentionné dans son livre The Authority Gap l’expérience selon laquelle, lorsqu’il s’agit de prix littéraires et de critiques de livres, les hommes ont tendance à lire principalement des livres d’auteurs masculins et à les nominer pour des prix. Les autres littératures – c’est-à-dire celles écrites par des femmes – sont volontiers rejetées comme « littérature féminine » et ne sont pas lues par les hommes. C’est exactement la même chose qui semble se produire avec les personnes mentionnées dans les livres par les auteurs. Les auteurs féminins citent beaucoup plus souvent des exemples et des connaissances de femmes, avec des femmes et sur des femmes que ne le font les auteurs masculins. L’environnement social des hommes et des femmes diffère dans la mesure où les auteurs masculins semblent principalement entourés d’experts masculins, tandis que les femmes semblent proches d’experts des deux sexes.

Mathématiquement, c’est bien sûr un paradoxe, mais cela s’explique par les différences d’âge et par qui est considéré comme un « pair », c’est-à-dire d’égal à égal ou comme un modèle. Dans de nombreux secteurs, les hommes sont effectivement plus entourés d’autres hommes, et les femmes qui parviennent à entrer dans leur environnement sont souvent à un niveau professionnel inférieur, comme les doctorantes ou les stagiaires. Les femmes, qui pénètrent souvent dans un domaine dominé par les hommes, trouvent surtout des experts masculins dans les mentors, mais recherchent aussi de manière ciblée des pairs féminins. Ils les mentionnent et les citent ensuite plus souvent dans leurs propres travaux, notamment pour leur donner de la visibilité et ainsi les soutenir.

En tout cas, cela m’a aussi permis de faire plus attention à la fréquence à laquelle les auteurs masculins citent les travaux d’expertes féminines ou mentionnent leur collaboration avec celles-ci.

6. Biais

Sans surprise, un thème récurrent dans les livres, quel que soit le métier exercé par les auteures, est celui des inégalités réelles auxquelles elles sont confrontées. Qu’il s’agisse de récits d’événements où les hommes leur dénient toute compétence, où les questions sur leur statut marital et leurs enfants sont posées aux moments les plus inopportuns, ou tout simplement où elles sont ignorées et où elles ont dû se faire admettre et entendre dans les organes de décision.

Elles expliquent comment elles échangent leurs expériences avec d’autres femmes, comparent leurs notes et leurs méthodes, mais aussi comment elles encouragent consciemment les femmes de leur sexe. De manière générale, les auteures se montrent plus attentives aux préjugés cachés ou affichés, et racontent également comment elles ont été confrontées pour la première fois à une telle situation et à quel point elles n’y étaient pas préparées et que cela les surprend encore souvent.

7. Harcèlement

Moins ouvertement abordées, les auteures évoquent parfois le harcèlement entre les lignes. Que ce soit de nature sexuelle de la part de collègues du secteur ou de la haine en public et sur les médias sociaux, cela leur pèse et explique certaines ruptures dans la carrière des femmes.

La raison pour laquelle ce sujet n’est souvent pas abordé en détail est liée à la crainte légitime des femmes d’être réduites à un rôle de victimes. Elles doivent apprendre que – contrairement aux hommes – ces événements sont toujours abordés lors d’interviews et de conférences, mais pas le domaine de connaissances proprement dit, dans lequel les auteures sont des expertes.

8. Audace

Le langage, outre le niveau d’humour déjà mentionné, semble également différer entre les hommes et les femmes. Les hommes semblent plus audacieux dans leurs formulations, ont tendance à faire des affirmations plus osées et critiquent plus vivement, tandis que les femmes semblent plus réservées dans leurs théories et leurs affirmations, et formulent des critiques moins directes et plus modérées.

Cela est certainement lié à la différence de perception des tiers. Une même déclaration et affirmation est perçue différemment selon le sexe de celui qui la transmet. Ce qui est considéré comme visionnaire et déterminé chez un homme est regardé d’un œil critique chez une femme. Ces derniers doivent davantage s’assurer par des faits et des données et un langage plus prudent.

Mes Conclusions

Toutes ces différences mentionnées rendent les livres étonnamment multidimensionnels. Non seulement le sujet lui-même est traité de manière très stricte, mais l’environnement est décrit dans des détails qu’un auteur masculin considérerait trop facilement comme des digressions et des accessoires superflus. Mais elles donnent du contexte et permettent, à mon avis, de mieux comprendre le sujet proprement dit.

De même, le point de vue féminin est tellement différent qu’il m’aide à créer des associations inattendues et nouvelles pour mes propres livres. Ils ajoutent de nouvelles dimensions et rendent ainsi mes propres œuvres plus riches, tant en termes d’informations factuelles que de narration.

Un autre résultat pour moi personnellement est que je ne veux plus me retenir moi-même avec le style et la langue. L’humour peut et doit faire partie des livres de non-fiction, les sentiments peuvent être abordés, les détails légèrement considérés comme superflus sur les personnes derrière les sujets ont leur place dans le livre. Dans l’ensemble, j’en attends un plaisir de lecture plus intense et un contenu informatif plus élevé pour mes lecteurs.

Et je remarque que mon regard automatique sur l’auteur d’un livre de non-fiction est devenu une habitude. Dans une librairie, un livre à la main, j’essaie de saisir rapidement non seulement le sujet lui-même, mais aussi par qui et sous quel angle. Cela me servira désormais de critère de sélection.

Que manque-t-il ?

Pour ma part, j’ai déjà suivi par le passé la règle selon laquelle un livre de non-fiction sur deux que je lis n’a rien à voir avec un sujet qui me préoccupe actuellement. Si j’écris un livre sur l’intelligence artificielle, je lis bien sûr une série de livres sur le sujet, mais aussi un livre sur l’Empire romain, le bec de pinson des Galápagos, les théories économiques, l’essor de la Chine, le Bauhaus, l’invention du papier ou la confirmation de la courbure de l’espace-temps prédite par Einstein. Aussi farfelus et aléatoires que ces thèmes puissent paraître, ils m’intéressent et, en arrière-plan, je travaille toujours aussi sur mon thème actuel. C’est ainsi que naissent les impulsions de ces autres livres, qui permettent de bonnes comparaisons, des approches appropriées et de nouveaux points de vue. Je suis sûre que mes livres gagneront ainsi en espace.

En mettant délibérément l’accent sur une répartition plus équilibrée des genres parmi les auteurs de non-fiction, j’ai certainement ajouté une autre dimension. Ce qui manque maintenant, et je l’admets ouvertement, c’est de l’élargir aux travaux des minorités marginalisées. Les auteurs de non-fiction ont été principalement des femmes blanches, je dois encore travailler pour ajouter plus d’œuvres de femmes non-blanches et non-occidentales à mon répertoire de lecture, ainsi que plus d’œuvres de personnes handicapées, de membres de la communauté LGBTQIA+, et de plus en plus d’auteurs de tous âges. Je dois également ajouter de plus en plus de livres sur les femmes et les membres des minorités marginalisées à mon répertoire de lecture, ainsi que des thèmes qui concernent principalement ces groupes.

Mais pour cela, il y a la nouvelle année.

Qu’est-ce que je fais ?

Mais j’ai fait autre chose : comme le souligne Mary Ann Sieghart dans The Authority Gap, les hommes se voient souvent automatiquement attribuer une autorité et sont plus volontiers écoutés, surtout par les autres hommes, uniquement en raison de leur sexe. J’en ai profité pour m’attaquer à un sujet que je considère comme important en tant que chercheur en tendances technologiques, à savoir comment les femmes sont insultées, harcelées et menacées en ligne par des hommes toxiques.

CYBERF*CKED
Cyberf*cked : Comment les femmes sont menacées et harcelées sur Internet – et ce que nous pouvons tous faire pour y remédier

Laisser un commentaire