Les hommes toxiques textent les femmes

L’Internet est très différent pour les femmes que pour les hommes. Si les hommes savent que certaines personnes ne font pas toujours preuve des meilleures manières en ligne et que la haine en ligne est « une chose », les hommes en savent étonnamment peu sur les expériences que les femmes font en ligne.

L’année dernière, j’ai passé mon temps à essayer d’intégrer ce monde en ligne des femmes dans un livre (nom du livre : CYBERF*CKED – à paraître en novembre 2022) destiné aux hommes, afin qu’ils puissent voir à quoi les femmes sont confrontées. L’une des grandes différences est que les attaques contre les femmes dégénèrent très rapidement en violences sexuelles.

Historique du chat

Comme preuve, je suis tombé sur cet historique de discussion qu’une utilisatrice de reddit avait eu avec un homme. Ce dernier était intéressé par un iPhone qu’elle avait mis en vente sur Facebook Marketplace. Cela commence de manière anodine :

« Tu vends toujours ton iPhone ? »

« Ja, das tu ich »Oui, je le fais » »

« Quand puis-je venir le chercher ?

« Je devrais avoir le temps de me rencontrer demain.
De quel côté de la ville es-tu ? »

« Dans le sud.
Il y a un Starbucks sur la route de Southport.
Ou je peux venir chez toi ».

« Starbucks serait génial. Je n’ai pas l’habitude de donner mon adresse ».

C’est tout ce dont elle avait besoin et c’était parti.

 » LOL ! Parce que tu es une femme ? LOL »

« Je ne veux pas vraiment que des étrangers viennent chez moi ».

Elle avait donc exposé ses raisons, et celles-ci devraient suffire. On pourrait le croire…

« Alors, à quelle heure au Starbucks ? »

« Pour être honnête, c’est aussi ridicule que les femmes le sont à cause des hommes.
Il n’y a aucune raison d’avoir peur des hommes et d’éviter de donner une adresse.
Tu peux me faire confiance, je suis un type bien ».

« Ce n’est pas personnel. Je ne veux pas que quelqu’un que je ne connais pas, homme ou femme, connaisse mon adresse. Alors, quelle heure serait la bonne » ?

Elle a donc expliqué une nouvelle fois ses raisons, ce qui devrait suffire.

« C’est ridicule de voir comment les choses ont évolué. Tout le mouvement féministe a fait des hommes les ‘méchants’ alors qu’en réalité, les femmes ne craignent rien.
En fait, tu es en sécurité et les femmes ne subissent pas le harcèlement qu’elles prétendent. Ce ne sont que des conneries destinées à me faire paraître mauvaise ».

Il a commencé à dire sérieusement à la femme que les femmes inventaient le harcèlement. Elle lui a dit la même chose sur la tête.

« Tu veux l’iPhone ou pas ?
Je ne vois pas où tu veux en venir.
Tu maintiens que les femmes n’ont aucune raison d’avoir peur ? Quoi ? »

« Je profite juste de l’occasion pour informer les femmes de la réalité du monde. La peur est dans leur tête.
Je suis un mec sympa, rien à craindre ».

Dès que quelqu’un doit répéter plusieurs fois qu’il est un « type sympa », on peut supposer le contraire. En tout cas, elle en tire ses conclusions :

« OK, je suppose que tu n’en veux pas.
Qu’est-ce que tu vas faire à ce sujet » ?

« Est-ce que par hasard tu as un petit ami ?
Cela prouve que tous les hommes ne sont pas mauvais
Tu es très mignon, au fait
Tu peux vraiment me faire confiance
Rien à craindre
Allô ?
Où es-tu allé ?
Tu vois, c’est ça le problème »

Elle s’est retirée de la conversation tandis qu’il commence à la baratiner.

« Voilà un type tout à fait sympathique qui t’explique la réalité de la vie.
Il essaie de te montrer que ta peur est le seul danger pour toi et pour les autres femmes. Arrête de craindre un ‘viol’ et les choses et toi cesseront immédiatement d’attirer l’énergie négative.
Laisse-moi venir à toi et tu verras que je ne te violerai pas.
Tu pourras alors faire confiance aux hommes ».

Il poursuit son monologue, qui est très vite passé de l’achat d’un iPhone à une discussion sur le viol, après une demande incrédule de sa part.

« Est-ce que tu me trolles ? C’est pour de vrai ? »

« Non
J’en ai juste marre que les femmes disent qu’elles sont ‘violées’ ou quelque chose comme ça.
Ce n’est pas quelque chose. En réalité, cela n’arrive que très rarement, mais les femmes mentent.
Beaucoup de choses
Je parie que si je te montrais ma grosse bite dans mon pantalon, tu changerais d’avis.
et tu voudrais être violée
comme vous les salopes
meurs tout simplement. Arrêtez de m’ignorer
vous les femmes, ignorez les mecs sympas quand ils vous tombent dessus. Tu aurais pu vendre un iPhone et rencontrer un homme gentil, mais non, tu es coincée dans ta façon de penser.
J’ai hâte que toutes ces conneries de féminazi se terminent. Crève, pute »

Il n’était pas au bout de ses peines :

« J’adore quand les salopes raides se trient elles-mêmes.
Ça rend les choses plus faciles pour nous, les mecs
Oursons en gomme
Désolé, je ne voulais pas envoyer ça
Passe une bonne nuit, poubelle »

Analyse

Dans mon livre CYBERF*CKED, je présente quelques tactiques utilisées par les hommes toxiques comme celui-ci.

  • il commence à devenir personnel ;
  • il explique à la femme de haut en bas des choses qu’elle sait mieux que lui, sans jamais vouloir entendre son avis – c’est ce qu’on appelle le mainsplaining
  • il se présente comme un homme qui agit dans l’intérêt des femmes et qui est donc gentil ;
  • il se sent autorisé à ce qu’elle interagisse avec lui et s’impatiente si elle ne réagit pas et ne lui accorde pas son attention ;
  • il présente les préoccupations des femmes comme injustifiées et les qualifie de « conneries féminazi/féministes » ;
  • il ressent cette représentation comme des attaques dirigées contre les hommes, interprétant ainsi les hommes comme les victimes des femmes (inversion bourreau-victime) ;
  • il pense que les femmes inventent et dénoncent les viols (le fait est que
    a) les viols ne sont pas plus souvent faussement déclarés que les autres délits,
    b) le nombre de viols non déclarés est très faible par rapport au nombre de viols déclarés, et que
    c) même parmi les viols dénoncés, seul un pourcentage à un chiffre aboutit effectivement à une condamnation ;
  • il se voit comme un type si gentil, qui est en même temps bien équipé d’une grosse queue, devant laquelle toute femme devrait immédiatement faiblir ; un « si une femme se faisait juste baiser par un vrai mec comme moi, alors elle ne serait pas lesbienne ou anti-hommes » typique
  • il commence à l’insulter et à souhaiter sa mort ;

Ce sont là quelques-unes des tactiques et des arguments utilisés par les hommes toxiques pour insulter, harceler et menacer les femmes sur Internet.

Voici la couverture de mon livre qui sortira le 10 novembre 2022 et qui peut déjà être précommandé :

CYBERF*CKED

Voici à nouveau le déroulement complet du chat, tel qu’il a été posté :

Laisser un commentaire